Dites-le avec des livres 😍

Bonjour vous,

Je viens de finaliser enfin mes derniers achats. Et oui, dans cette folie qu’est la course aux cadeaux. Je suis contente d’avoir pu trouver les livres que je souhaitais offrir à quelques-uns de mes proches.

J’avais envie pour ce Noël de mettre l’accent sur l’humour. Parce que j’en ai marre aussi un peu des livres trop « sérieux ». J’avais envie que les personnes pour lesquelles j’ai souhaité offrir cette sélection, rient.

Parce que dans la vie, pour moi l’humour est primordial. Avec tout ce qui se passe dernièrement dans les actualités, et parce que la vie elle-même n’est pas évidente. On est souvent contraint de faire face à certains événements sans trop savoir comment les prendre.

Alors je suis tombée sur des livres que je ne connaissais absolument pas. J’ai passé plusieurs heures dans une librairie. J’ai toujours aimé passer des heures dans les bibliothèques et les librairies, plus tard quand je pouvais m’offrir des livres. Je vais me répéter, mais s’il vous plaît si vous souhaitez acheter des livres, faites actes de solidarité en allant chez votre libraire, si vous avez la chance d’en avoir un à proximité. Parce que, vous ferez vivre son commerce, qui est sûrement sa passion. Au lieu de mettre l’argent dans de grandes enseignes ou via le net (d’ailleurs la Fnac a été rachetée par Darty).

Le 1er sur lequel j’ai un énorme coup de cœur est : Les Contes de notre enfance revisités par Tiffany Cooper.

Les contes de notre enfance

Je connaissais Tiffany Cooper, parce que j’avais feuilleté il y a maintenant quelques mois une BD humoristique qu’elle avait dessinée sur Karl Lagerfeld Karl’s secrets.

Mais alors ce livre est hilarant. C’est simple, en rentrant chez moi, j’étais dans le train et je n’ai pas arrêté de rire. Je compte après les fêtes me l’acheter, car je trouve que c’est un livre à avoir et à faire partager (j’aime prêter ce genre de livre, et en plus quand on a un petit coup de blues, rien de mieux que l’humour !)

Le 2ème que j’ai aussi beaucoup aimé est « Tu mourras moins bête » de Marion Montaigne. Le tome 1. J’ai vu qu’il y avait 4 tomes dans la librairie. Mais j’ai beaucoup aimé l’humour, les dialogues et sa façon de dessiner.

Tu mourras moins bête

Le 3ème est un roman. Pour la personne à qui je souhaite l’offrir, je ne voulais pas de BD. La libraire m’a orienté vers David Safier et son livre « Maudit Karma« . Je ne connais pas du tout cet auteur. Mais elle m’a garanti qu’il était vraiment très drôle. D’ailleurs, j’ai vu qu’il avait aussi écrit « le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steak haché« . Rien que le titre m’a fait sourire. Et celui-ci aussi, dès que j’aurai fini mes lectures, je me l’achète direct !

Maudit Karma

Voilà, j’espère que je vous aurai fait découvrir quelques lectures qui j’espère égayera votre quotidien, vos soirées où des idées cadeaux de dernière minute, mais qui, feront plaisir à coup sûr.

Bon week-end à vous,

 *Nota Bene : Les photos ont été prises la nuit, parce que vous comprendrez que prendre ces photos en pleins jours, avec mes petits à côté, n’aurait pas de sens, au vu que ce sont des cadeaux qui vont se retrouver au pied du sapin. Donc mon seul moment pour les prendre était le soir, mais chhhhhuuuuutttt
Publicités

Lumière sur : Alain de Botton

Bonjour vous,

Je reviens avec un auteur que j’avais vraiment envie de faire connaître. Je pense qu’il mérite que je lui dédie un article, oui oui…

Il s’agit de : Alain de Botton. Ce monsieur, écrivain, philosophe m’a été présenté lors de ma lecture dans le magazine….Marie Claire ! Ah, quelle surprise n’est-ce pas ! Je vous avais dit, que celui du mois de novembre avait été particulièrement inspirant pour moi. Chais pas pourquoi ? Mais je pense que j’ouvrirai l’œil plus souvent pour ce magazine dans mon bureau de presse.

Qu’est-ce qui dit le Alain de Botton. Ben, il a sorti un nouvel ouvrage. Eh oui. Un roman philosophique qui parle d’une histoire sentimentale ordinaire, mais qui tient bon. Donc, un ouvrage sur l’Amour (j’ai fait exprès de mettre un A majuscule). En dessous de son nom, en guise de présentation a été écrit : « En amour, si quelqu’un vous comprend à 60 %, c’est déjà merveilleux »…. Rien qu’en lisant cette phrase, j’ai été piqué par la curiosité de dévorer l’article (dans un premier temps et ma digestion m’a amené à me dire que j’allais acheter ce livre !)

Impolie que je suis, je n’ai même pas présenté le titre de ce dernier, il s’agit de : Aussi longtemps que dure l’amour*.

Bon, cet écrivain, je ne le connais pas du tout ! Mais j’aime vraiment les livres qui permettent de se remettre en question. Qui parlent de certains sujets et qui poussent le lecteur à réfléchir. Je suis quelqu’un qui aime énormément lire des livres sur le bien-être, la spiritualité, la quête du bonheur (j’ai quelques écrivains que je connais bien, pour les avoir lus et qui sont sur ces sujets très intéressants. Christophe André et Eckhart Tolle sont assez populaires dans ce domaine)

Mais au-delà de l’amour, c’est comment il a amené son ouvrage qui m’a l’air absolument pas rébarbatif. Vous savez, ce n’est pas le genre de livre qui s’appuie toujours sur des textes, auteurs, références toutes les deux pages et moi face à cela, je bave déjà sur la page 20, si j’y arrive jusque-là et puis après gros bug, le disque raillé qu’arrive jamais à avancer, ben c’est moi. Et après je jette à ce genre de livre des regards à la Clint Eastwood … (vous ne connaissez pas le regard qu’a Clint, mon ami quand il n’est pas content ?)

Revenons à ce doux Alain de Botton, je ne vais pas dérouler son CV, pour ça, y a maintenant internet qui fait très bien le d’job.

Mais revenons à ce roman (soit concise, soit concise, soit concise, promis je ferai mon maximum). En fait, Alain de Botton explique qu’il est parti d’un constat : les histoires d’amour auxquelles on se réfère généralement sont soit extatiques (alors extatique est un adjectif décrit d’après le Larousse comme celui qui tient de l’extase et oui je l’ai cherché ce mot !), parfaites, intenses, ce qui est très rare dans la vie réelle, soit catastrophiques, meurtrières, désastreuses, ce qui est également très rare. Voilà ! Le ton est donné.

Il explique dans cet article que l’amour demande du courage d’expliquer qui nous sommes, d’essayer de comprendre qui est l’autre et surtout surtout surtout surtout (y aura jamais assez de surtout pour ma part) COMMUNIQUER.

Petit aparté (entre toi et moi, genre Elie kakou) : je trouve que la communication est la clé essentielle de beaucoup de choses. Et je peux constater que nous avons énormément de mal à parler, mais aussi à dire ce qu’on ressent. Parler de nos sentiments.

Il rajoute aussi, qu’un amour qui dure, n’est pas un hasard. Que la façon dont nous avons été aimés enfant détermine comment nous aimerons une fois adulte (Aïe aïe aïe, le poids de l’éducation, de la transmission….on y revient de manière générale très souvent, car c’est ce qui compose dans une très grande globalité l’individu !)

La journaliste lui dit « Vous affirmez que plus nous sommes forts pour affronter une vie de frustrations, plus nous serons prêts pour une relation durable. Cela ne fait pas très envie.

Et il répond : Notre société considère tout obstacle comme ennemi de l’amour. Que s’acharner à trouver une personne totalement en phase avec soi-même est une idée aussi folle que dangereuse ! Si quelqu’un vous comprend à 60 %, c’est déjà merveilleux ! Les romantiques sont les ennemis de l’amour: dès qu’un problème surgit, ceux-ci baissent les bras. Un problème sexuel ? On arrête la relation. Mon partenaire ne me comprend pas ? On rompt. On s’est disputé ? On ne s’aime plus. Pourtant, tous ces accidents ont leur place dans une vision généreuse de l’amour.

Est-ce qu’il ne donne pas envie d’être lu ce livre ? Bon je ne l’ai pas encore entre mes délicates mains. Je l’ai commandé chez le libraire. Je pouvais pas patienter et attendre que je le lise pour vous le faire connaître. Bien sûr, après lecture, je vous donnerai mon avis promis !

J’en profite aussi, pour ceux qui sont parvenus jusqu’en bas de cet article (bravo ! Vous êtes méritants), s’il vous plaît, si vous avez la chance d’avoir un libraire, c’est même plus qu’une chance à l’heure actuelle ! Essayez d’acheter  vos livres chez lui. Je me suis rendu compte, qu’on a cette facilité avec internet, de tout acheter….mais pas au bon endroit. Ces libraires, aiment leur métier, aiment les livres et pour ne pas les voir disparaître, ben il faut les soutenir, par des gestes solidaires !!! Alors, bannissez « Amazon », « Fnac » etc. allez chez eux ! Pareil pour les magazines… je sais que le prix de l’abonnement est plus qu’une tentation mais en achetant dans un bureau de presse, vous permettez de faire tourner un commerce.

En tout cas j’espère que cela vous aura donné envie de le lire et si oui, j’adorerai plus que tout avoir votre retour.

Bonne journée à vous,

Source de l’article écrit par Catherine Castro – Marie Claire – novembre 2016

*Aussi longtemps que dure l’amour, éd.Flammarion, 21,50 €

 

 

 

 

Alerte sur François !

Bonjour vous,

J’avais très envie de partager un article que j’ai lu dans le Marie Claire du mois de Novembre. J’aime beaucoup ce « genre » d’article. Je trouve que c’est une petite intrusion furtive dans la pensée de son auteur.

Marie Claire, n’est pas un magazine que j’achète régulièrement. Parfois je l’ai sous la main, mais je ne fouille pas son contenu….et pour ce mois-ci, j’ai trouvé de belle découverte que j’avais envie de vous faire partager.

Un peu de légèreté ça fait pas de mal dans ce monde qui se veut si sérieux….

La fille qui lit Marie Claire

J’habite une petite rue à Paris près du Champ-de-Mars dans un appartement trop grand.

Ma compagne est partie il y a deux mois et je passe pas mal de temps sur le balcon à fumer et à regarder la vie des gens de l’immeuble d’en face.

Depuis quelques jours, les appartements commencent à se vider vers les destinations de vacances, mais la fille qui lit Marie Claire est toujours là.

Je l’ai repérée assez vite. Tous les soirs vers 20 heures elle ouvre sa fenêtre et vient s’asseoir sur le balcon. L’immeuble est suffisamment loin pour que je ne distingue pas si son visage est vraiment joli.

Elle a de grands cheveux noirs, elle est grande et mince et je la vois parfois danser devant la glace de sa salle de bain quand la fenêtre est ouverte.

Son appartement est au deuxième étage, le mien au cinquième, je ne crois pas qu’elle m’ait vu. Elle est plongée dans son magazine. Tous les soirs, depuis deux mois, à la même heure, elle vient sur le balcon avec Marie Claire et c’est visiblement toujours le même numéro ! (Je reconnais la couverture.) Étrange, non ?

  1. Est-ce une espionne ? S’agit-il d’un langage code avec l’ambassade de Cuba qui se trouve aussi dans la rue ?
  2. Y a-t-il un article qui lui pose de gros problèmes de compréhension ou qui la passionne à ce point ?
  3. Je me suis trompé, elle m’a repéré et, consciente du charme (assez lointain) qui émane de ma personne, use t-elle de ce stratagème pour attirer l’attention du gars qui fume sur le balcon d’en face ?

Je poursuis l’enquête et vous tiens au courant…

François.

C’est sympa hein ? Alors moi j’ai imaginé ma suite à moi bien sûr.

Soit :

1-François aura compris que cette demoiselle est en couple et qu’elle cherchait parfois à s’extirper doucement de son quotidien. Sur ce balcon si frétillant de « bonne humeur » un jour d’été.

2- Qu’il faisait tout simplement beau, et qu’elle voulait profiter de son balcon pour souffler d’une journée harassante, et en ayant peur de s’ennuyer prenait le premier magazine qui lui tombait sur la main, mais que c’était toujours le même qui se retrouvait en premier sur la pile ?

3-“C’est qui ce mec ? Qu’est ce qu’il fume !“La même question lui revenait, tout autant que lui pouvait l’observer. Puis ensuite venait cette phrase “merde, j’ai encore pris le même magazine ! Trop la flemme de le changer, promis demain je ferai attention”

Et vous c’est quoi votre suite ?

Passez une belle journée avec de jolies pensées.

Source de l’article : Marie-Claire de novembre 2016. Rubrique : Lettres, emails, tweets (Chaque mois, vous nous dites ce que vous pensez de Marie Claire)