Parlons pour ne rien dire

Hey, toi, oui toi qui dois me lire par hasard, tu tombes bien, prends quelques minutes parce que j’avais envie de partager une interprétation de Raymond Devos. Il s’agit de « Parlons pour ne rien dire ».

Allez, stoplaît, reste un peu, tu vas vite comprendre.

Parce qu’on m’a demandé de faire un discours

Je vous signale tout de suite, mesdames et messieurs…
Que je vais parler pour ne rien dire.

Oh! je sais!
Vous pensez:
« S’il n’a rien a dire… Il ferait mieux de se taire ! »
Ouais c’est trop facile ! … mais c’est trop facile !

Vous voudriez que je fasse comme ceux qui n’ont rien a dire
Et qui le gardent pour eux ?
Et bien, non ! Mesdames et messieurs. moi quand je n’ai rien a dire
Je veux qu’on le sache !
Je veux en faire profiter les autres !
Et si vous mêmes, mesdames et messieurs, vous n’avez rien a dire,
Eh bien, on en parle, on en discute !
Je ne suis pas ennemi du colloque.
Mais, me direz-vous, si on parle pour ne rien dire,
De quoi allons nous parler?

Eh bien, de rien ! … De rien !
Car rien, ce n’est pas rien !
La preuve, c’est que l’on peut le soustraire …

Rien moins rien = moins que rien !
Alors si l’on peut trouver moins que rien,
C’est que rien vaut deja quelque chose !
On peut acheter quelque chose avec rien !

En le multipliant !
Une fois rien… C’est rien !
Deux fois rien… Ce n’est pas beaucoup !
Mais trois fois rien, .. Pour trois fois rien, on peut deja acheter quelque chose
Et pour pas cher !

Maintenant, si vous multipliez trois fois rien par trois fois rien:
Rien multiplié par rien = Rien.
Trois multiplié par trois = neuf.
Ça fait: rien de neuf !

Bon..aller, Parlons d’autres choses !
Parlons de la situation, tenez!
Parlons de la situation, sans préciser laquelle !

Si vous le permettez, je vais faire brièvement l’historique
De la situation Quelle qu’elle soit !
Il y a quelque mois, souvenez-vous, la situation,
Pour n’être pas pire que celle d’aujourd’hui.
N’en était pas meilleur non plus !
Déja, nous allions vers la catastrophe et nous le savions…
Nous en étions conscient !

Car il ne faudrait pas croire que
Les responsables d’hier étaient plus ignorants de la situation
Que ne le sont ceux d’aujourd’hui !
D’ailleurs ceux sont les mêmes

Oui ! la catastrophe, nous le pensions, était pour demain !
C’est-a dire qu’en fait elle devrait être pour aujourd’hui!
Si mes calculs sont justes !
Or, que voyons nous aujourd’hui ?
Quelle est toujours pour demain !

Alors, je vous pose la question, mesdames et messieurs:
Est-ce en remettant toujours au lendemain la catastrophe
Que nous pourrions faire le jour même que nous l’éviteront ?
D’ailleurs, je vous signale entre parenthèses que
Si le gouvernement actuel n’est pas capable d’assurer la catastrophe.
Il est possible que l’opposition s’en empare !

😉 T’as compris que l’humour, c’est comme certaines fringues…. Il est indémodable !

Last Christmas, I gave you my heart*

*Wham! J’en profite pour placer l’un de mes titres préférés que je mets en boucle en période de Noël

Je reviens. Avec du beau dans ma tête. Avec du beau sur le net. Spécialement pour cette fête : Noël.

Je suis une dinguotte depuis quelques années de décoration de Noël. Et surtout les boules de Noël.

Plus je cherche et plus je découvre de vraies beautés. J’en ai fait une espèce de tradition. Depuis de nombreuses années, je vais aux galeries Lafayette ou au Printemps avec mes enfants, et nous choisissons une belle boule de Noël. Je dois dire que plus les années passent et plus mon budget augmente.

J’me fais un film, j’aime imaginer qu’à travers ces boules de Noël, une espèce de transmission du souvenir que nous aurons passé pour les choisir restera et surtout, qu’ils y seront attaché. C’est avec cette douce projection que mon ambition grandit mais, ça se trouve, ils en auront rien à carrer de ces boules….

Alors je vais commencer par ma plus belle découverte que je viens de faire, il y a quelques jours et dont je sens, que le craquage ne sera pas loin pour ma part, il s’agit de la marque : Artifactually sur le site Harrods. Ils ont aussi un site et ils livrent à l’international.

Hein, ça coupe le souffle ou plutôt, vous imaginez comme moi ces boules fièrement suspendues sur leurs branches de VOTRE sapin ?

Elles me font penser aux boules de Noël de la très réputée ville de Meisenthal.

D’ailleurs, il est possible de retrouver leurs créations au marché de Noël de Strasbourg. Moi, je les trouve magnifiques. Mais il ne faut pas avoir de mains indélicates dans la famille. L’histoire dit que : « En 1858 la nature fut avare. La grande sécheresse priva les Vosges du Nord de fruits et le sapin de Noël n’eut donc parure qui vaille. Un souffleur de verre de Goetzenbruck tenta de compenser cette injustice en soufflant quelques boules en verre. Il déclencha à lui seul une tradition qui traversa les cultures ».

Un beau début, qui a prit une sacrée suite. Le nuage est vraiment magnifique. Ils font des trucs de dingue. Moi, je craque. Heureusement que je ne vis pas à côté sinon, ce serait la folie.

Sinon, j’ai aussi déniché pas mal de marque sur le site d’Amara. Il me semble qu’ils sont basés en Angleterre. D’où le panel de boules de Noël anglaises sur leur site.

J’avais pu découvrir la marque : Tinker Tailor. Elle n’est plus sur ce site, mais toujours disponible sur le site Harrods. J’ai d’ailleurs acheté en solde l’année dernière l’initiale du prénom de ma fille. J’ai encore plein d’achats à prévoir puisque je n’ai pas complété toutes les initiales de ma famille. HA-HA. Vous pourrez penser, qu’est ce qui m’attire dans cette marque ? Je trouve que la justesse de reproduction et l’originalité sont magnifiques.

Alors si vous recherchez des boules originales, il n’y a pas mieux que les boules « Cody Foster & co ». On peut aussi les trouver sur un site que j’aime beaucoup, il s’agit du site « Trouva« . Elles sont disponibles également sur le site Amara.

J’ai fait aussi une très belle découverte l’année dernière avec cette marque « Joanna Buchanan« . Et cette année, sur le site Amara, il y a beaucoup plus de choix sur la gamme qu’elle fabrique. Chacun sa bourse ou plutôt chacun et ses capacités à contempler le beau en modérant sa frustration, s’il devait yen avoir une. J’aime regarder le beau, sans en faire une obsession de le posséder(quoique ?). Même s’il ne m’est pas accessible, je suis heureuse de découvrir que de belles choses peuvent être faites. Et c’est le cas avec cette jolie marque.

Je préfère sa gamme d’accessoires de table qui sont juste, mais juste …. waouh.

Le rond de serviette que je préfère :

Et puis, il y a 🤪 :

Bon, je repasse sur les boules de Noël mais dur-dur après Joanna.

Alors, j’avais eu un vrai de coeur de coeur pour les boules du site « holyart« . J’ai vraiment pas été déçu de la qualité. Voici les produits que j’avais commandé :

Et puis j’avais fait une commande lors des soldes de l’année dernière sur le site « conran shop« , mais pas de bol pour moi, y a eu un « couac » et je n’ai pas reçu mes boules. D’autres me sont apparues mais, j’ai salivé et j’ai accepté. Ils ont aussi un très bon choix et pas à des prix de « fou-fou ».

Je finis presque par cette marque incontournable qu’est Gisela Graham. Parce que, je la vois un peu partout sur les sites qui proposent de la déco de Noël et que je l’ai retrouvé (et craqué) sur l’un de ses produits qu’elle proposait sur l’un des stands du Printemps.

Et puis bien sûr, je finis avec cette superbe marque, mais si onéreuse. Si vous êtes parisiennes (ou non, mais que vous avez la possibilité de faire un passage sur Paris), je vous recommande la boutique Astier de Village (173 rue Saint Honoré – Paris 1er). Chez lui (genre, je l’ai vu) enfin je veux dire, dans cette boutique, j’ai trouvé vraiment de très belles boules de Noël et aussi très originales. Ils mâchent le travail pour vous, en ayant fait eu même des découvertes venues justement, il me semble d’Amérique. Pas toute, mais une petite sélection. J’y ai passé bien une heure à me décider. Et cette année encore, je me promènerai moi et mon indécision dans ces quelques mètres carrés dans cette atmosphère féérique…J’ai hâte.

La folie de la beauté réside dans la folie du désir de la posséder (dû moins, c’est ce que j’en pense). Permettez-vous ce désir. C’est une longue avancée qui fait tellement du bien au moral avant qu’il soit assouvit. Mais quand on le possède, aux prémices de l’acquisition. Aux rêves et frustrations. Aux promesses et l’envie qui court encore et encore. On le délaisse et pis, on y revient. J’aime l’objet sous cette forme, par cette course mentale qui me permet de ne pas me lasser de l’objet choisi. Parce que justement, je l’aurais tant désiré.

J’espère que ces découvertes vous auront plu, et qu’elles pourront vous permettre un peu de douceur dans ces temps si difficile. J’espère qu’elles auront eu la capacité de bousculer vos tracas et qu’elles puissent vous permettre de rêver. C’est si important de se permettre se droit.

Chi non vuole quando può, non può quando vuole.

*traduction : Qui ne veut pas quand il peut, ne peut pas quand il veut.

Ben, ça résume très bien l’état d’esprit dans lequel j’ai été pendant maintenant un an.

C’est fou. 1 an.

Me revoilà. Avec la trouvaille de cette marque que je poursuis sur le net depuis maintenant bien 6 mois !

Oh toi, lecteur, lectrice de l’au-delà, ben ouais, internet, est un autre monde. Alors qui passe par là et qui me lit, tu vas voir, ce que je vais te montrer : Ha Ha Ha !

Beauté pour tes yeux :

Voilà. J’ai un peu hésité en fait. C’est drôle, parce que je les aie longtemps guettés. Et quand elles m’étaient enfin accessibles, j’ai douté.

Ne sont-elles pas trop plates ?? 🙄

J’ai laissé durer le désir avant de passer à l’achat. Alors j’ai mis une photo de ces jolies sandales sur Instagram.

Et là, ça m’a fait très bizarre, parce que je me suis demandé, comment j’avais eu autant de visibilité dans ma story, car j’ai eu bon nombre de visiteurs avec des profils zéros. J’avais l’impression d’avoir réveillé quelques fantômes d’insta. Bizarre comme sensation. Et puis, j’ai eu beaucoup de visite. Plus que d’habitude. J’en ai déduis, que cette bousculade venait donc du contenu posté.

Alors je me suis dit, que ces sandales méritaient un article, avec un lien forcément.

Si vous chaussez du 37, il n’y aura qu’une seule chanceuse, car il leur reste une dernière paire dans cette taille. Et si vous chaussez du 38, c’est de la folie, le bon Dieu est là, et moi à travers lui.

Après, rien n’est impossible. Il suffira juste d’augmenter votre bourse.

Ces beautés, vous pourrez les trouver sur plusieurs sites. Mais le meilleur prix est sur celui de Zalando.

Voilà. J’aperçois quelques sourires. De rien si j’ai égayé votre soirée.

😜

NB : Vous aurez compris, à lire sous les photos, que la marque est Lola Cruz