Remediation – L’introspection chapitre 1

ll y a toujours des étapes à la déception. Elle ne survient pas d’un coup. Il y a plusieurs coups.

Elle possède plusieurs apparences : Un mot, un geste, une attitude, une situation, une observation….

Et qu’importe votre degré d’acceptation. Quand elles arrivent, vous ne pouvez pas vous échapper. Vous ne pourrez pas vous protéger.

Vous pouvez seulement les accueillir. Quand elles s’entasseront et qu’elles voudront prendre de la place chez mademoiselle douleur, alors si vous le pourrez, vous déciderez de les poser à terre et de les étudier. 

Si vous le souhaitez vraiment. C’est une volonté réelle et très manifeste de vouloir regarder les choses en face et de comprendre ce qu’il y a à comprendre dans toute déception. 

Parce qu’une épine du pied ne s’enlève pas sans appréhension et sans avoir peur d’une éventuelle douleur.

Même si avec le temps, votre capacité d’anticipation se développera. Votre capacité d’action sera plus lente, elle. Et il y a toujours quelques petites déceptions qui arriveront à ne pas rester à quai et que vous emportez avec vous. 

Vous réfléchirez à comment tout cela à commencer. Le ressenti était tout petit, les minutes passées, devenues des heures, et dans votre tête, dans votre coeur, la bousculade commence.

La scène réapparaît et tout semble s’emboîter impeccablement. Vous repassez les faits et dans ces faits, vous avez pu y glisser les mots qu’ils vous manquaient. Ceux qui vous auraient rendu justice. Ceux qui auraient pu vous permettre de continuer à chouchouter votre paix intérieure. Jusqu’à pouvoir vous permettre d’oublier tout ce qui c’était passé.

Il y a toujours un temps de décalage avec la situation vécue et les sentiments ressentis.

Le problème avec les déceptions accumulées c’est qu’elles peuvent tâcher votre perception de la vie. Je n’ai pas envie de tâcher la mienne.

Car au final, elles font parties de la vie. Le jeu de cette vie.

De mes multiples vies. 

J’ai décidé d’adoucir mes déceptions. Parce qu’elles ont un rapport avec moi. Inévitablement. Ce qui me déçoit, ne vous déçoit pas forcément. Elles sont propres à soi.

Mes déceptions me montraient, me prouvaient que je me rangeais souvent du côté de la soumission. C’est pour cela que j’ai toujours eu une admiration face à l’insoumission. Mais pas n’importe laquelle. 

Celle dont peu de personnes sont dotés de cette élégance assez rare de posséder cette fermeté, enveloppée dans un écrin de douceur et de bombarder avec des mots très justes et très ciblés qui soufflent court à toute envie de rétorquer. Qui laisse la personne «pantoise ».

J’aimerai en faire partie. En attendant, je parcours ce chemin professionnel. Celui que je me suis tracé volontairement, avec à mes dispositions, ma capacité de raisonnement du moment et les choix qui se présentaient à moi.

Et dans cette course mentale. Où le soleil décide de m’accompagner pour mon entrée. De mes pas pressés, je balaie de mes mains imaginaires, ces hautes tiges vertes. Je me remets à entendre le grondement de la peur. Je sais que je dois continuer d’avancer. Je me baisse de plus en plus bas. Le soleil s’est éclipsé. L’averse de mes pleurs assombrit ma vue. Plus je me baisse et plus je les revois. Ils sont là. Ces fâcheux souvenirs. Ceux pour lesquels je suis entrée dans l’affrontement. Je les attrape un par un et je les observe. Pensive, je les repose délicatement et je comprends. Je comprends que je ne ressens plus rien pour eux. Mon cerveau a fait son travail. Pour chacun d’eux, j’ai su trouver un moyen d’action.

Je quitte le bois de mes souvenirs. Je cours et je me retourne encore un dernier instant derrière moi. Immobile, je prends le temps de ressentir cette plénitude. Ce calme qui survient. Et de voir que des fleurs ont su pousser et enjolivé le jardin de mes déceptions. Je souris. La vie est si douce. L’apaisement que me procure cette compréhension, me pousse à me dire que ce n’est pas ici que je dois chercher, ce que je pourrais améliorer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s