La chance

Bonjour vous,

Je reviens. Mais oui. Mais si.

Je sais que je devrais être plus rigoureuse pour mon blog. Il n’y a pas une seule journée ou je ne pense pas aux articles que je pourrais écrire. À ceux que j’ai envie d’écrire. Mais je remets au lendemain, parce que fatiguée, crevée. Pas le courage de me lancer dans l’écriture. Malgré le désir de m’exprimer sur certains sujets.

Je reviens avec un sujet qui me tient à cœur. Ou plutôt sur une réflexion que je me suis faite. La chance. Oui, cela mérite d’étudier pour ma part, ces six lettres que compose ce mot.

J’ai pu constater, que dans ma vie, aussi longue soit-elle (oui, oui, bon j’exagère, ok) quand quelque chose de bien m’arrivait, je le mettais automatiquement sur le compte de « la chance ».

Comme si, je n’avais rien provoqué. Comme si, tout me tombait comme cela, sans que je sois réellement actrice de ce qui pouvait m’arriver de bien.

Et je me suis mise, subitement, à un moment, je ne sais pas pourquoi, mais c’était le bon moment pour que je me dise, « mais pourquoi tu penses toujours comme cela ? ».

Oui, pourquoi ? Je pense que, d’une part, c’est lié à des paroles que j’ai entendues déjà très jeunes. Quand quelques choses de bien pouvaient frapper notre foyer, on avait tendance à penser que c’était automatiquement de « la chance ».

Et puis, les ami(e)s. Quand un truc super vous arrive, on vous dit »oh, la chance, c’est super ! ». Combien de fois, vous avez dû l’entendre et même le dire (et j’en fais bien sûr partie ! Je ne fais pas exception à la règle).

J’ai eu un moment, envie de casser cet automatisme et de m’auto-féliciter. Oui, oui. Parce que ce qui m’arrivait de bien, n’était pas dû au facteur « chance ». Non.

Ce qui m’arrivait de positif, était du parce que je l’avais voulu. Parce que je m’étais battue, ou que j’étais déterminée à réussir ce que j’entreprenais. Et qu’il fallait que je reconnaisse que mes efforts avaient payé et que j’avais le droit de me féliciter. Plutôt que de penser que j’avais de « la chance ».

Je ne dis pas que si vous jouez au loto et que vous avez gagné, vous n’avez pas de « la chance ». Même si pour moi, il y a déjà la démarche d’aller chercher « à gagner ». C’est pas tombé comme ça, du ciel. Par contre, si vous trouvez un billet par terre. La oui, je dirais que c’est de la chance.

Des petites nuances. Effectivement mais qui fait la différence.

Donc, j’avais envie de le préciser que ce mot « chance » est peut-être utilisé à tort et à travers et que dans la plupart du temps, il faut savoir reconnaître que le positif vient aussi du fait que l’on va le chercher. Que l’on ait le droit de se féliciter. De reconnaître que nos efforts, parfois l’acharnement a payé. Qu’il est important aussi de se valoriser soi-même et de ne pas attendre que l’on puisse nous dire que l’on a « de la chance ».

Je reprends souvent mon fils, qui a dix ans. Il a tendance souvent, lui aussi à dire « oh, il a de la chance, il a réussi… » Et je lui dis, « ce n’est pas de la chance, c’est parce qu’il s’est donné les moyens de réussir, ce n’est pas pareil ».

Voici, ma petite réflexion sur ce mot. Je vous quitte avec cette citation qui résume très bien ce que je pense :

« Je crois beaucoup en la chance, et je constate que plus je travaille dur, plus j’en ai«  – Thomas Jefferson

Belle journée,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s